Reproduction

 
Sexage

Pour un sexage correct de votre bête, il vous faudra être patient car il ne faut pas procéder dès la naissance. En effet, un sexage trop tôt pourra créer divers problèmes à votre bête : déformation de la colonne qui pourra engendrer des problèmes intestinaux et des soucis de pontes pour les femelles qui sont mises à la repro, perçage d’une poche de l’appareil génital qui réduira vos futures chances de repro.
La condition optimale pour un bon sexage est le poids de la bête. Peu importe l’âge, il faut attendre un minimum de 100grs, mais plus le sexage est fait tardivement mieux c’est. Sinon les 100grs arrivent vers 1 an.

Voici les deux techniques les plus répandues :
* Le sondage (probing) : C’est une technique qui est fiable à 95% si elle est faite correctement et l'utilisation de gel à base d'eau peut être employée. Voici la méthode : Il faudra être 2, un qui lui tient la tête et le milieu du corps, l'autre qui, expérimentée en sexage s'occupera de maintenir la queue d'une main et d'insérer la sonde de l'autre main, La sonde sera bien entendu insérée vers la queue et non vers la tête. Pour un mâle, la sonde rentrera de 6 à 15 écailles alors que pour une femelle, elle rentrera que de 2 à 3 écailles.
Idéalement, il faudrait faire venir la personne sur place pour ne pas cumuler le stress pour la bête.

*L’éversion des hémipénis (popping) : Il s’agit d’une technique effectuée avec les pouces. Ce n’est pas facile à expliquer donc vous pouvez vous référer à la vidéo ci-dessous. Sachez toute fois que ce n’est pas une technique recommandée pour le chondro et qu’elle est plus facile à exécuter sur des jeunes (je n’ai pas dit juvéniles) plutôt que sur des adultes, ceux-ci étant assez musclés pour « contrer » l’éversion.
Age

La maturité sexuelle des mâles est de 2 ans. Les mâles peuvent présenter une période de rut avec refus total de se nourrir dès l’âge de 8-10 mois. Cette période de rut dure environ 3 mois. Pour ce qui est du poids du mâle, il n’y a pas de minimum mais il doit tout de même avoir un bon poids de forme car celui-ci reste relativement longtemps sans manger et les accouplements sont éprouvants. Pour ceux dont on ne connaît pas l’âge, la présence de sperme sec lors des différentes mues est un bon signe.

La femelle doit avoir au moins trois ans et peser minimum 1000 grammes, plus ou moins 100grs pour les espèces ayant un petit gabarit. Avant un cyclage, il ne faut pas hésiter à sur-nourrir légèrement une femelle afin qu’elle puisse faire des réserves suffisantes pour supporter tout le cycle très fatiguant.

Les animaux destinés à la reproduction doivent être présent à l’élevage depuis au moins 6 mois sans avoir présenté le moindre symptôme. La baisse de température diminue l’efficacité du système immunitaire de Morelia Viridis, la période de
cyclage est un risque donc une connaissance de ses bêtes et une visite attentive quotidienne des animaux est obligatoire.

Cyclage

Une baisse des températures nocturne est nécessaire pour amener Morelia Viridis à la reproduction. Aucune modification du temps de l’éclairage n’est nécessaire car en Papouasie-Nouvelle Guinée, le temps jour/nuit est constant toute l’année, été comme hiver (12 h de soleil/12 de nuit).

On commence à baisser progressivement la température nocturne en maintenant la température diurne pour descendre à 20-22°C en un mois. A la fin du cyclage, les mâles cessent de s’alimenter et sont très actifs la nuit. Il est alors inutile de
tenter de les nourrir, cela les stresserait inutilement d’autant qu’ils refuseront tout repas ! Les femelles sont nourries tous les 10-15 jours pour faire ses réserves.

Au moindre signe d’infection respiratoire (sifflement, bave, bulles par exemple) il faut remonter la température nocturne à sa valeur normale +2° pour booster le système immunitaire de la bête et arrêter le cyclage. Le cyclage sera alors retenter qu’au moins 6 mois après guérison totale de l’animal.

Accouplement

On introduit le mâle dans le terrarium de la femelle lorsque la température la plus basse est atteinte (au bout d’un mois normalement) une heure avant l’obscurité et après avoir abondamment vaporisé d’eau. Si vous n’êtes pas sûr du sexe de vos bêtes, restez à proximité car il risque d’y avoir du mouvement.
L’accouplement commence directement et peut durer plusieurs semaines. On laisse les deux animaux ensemble aussi longtemps que l’on observe des accouplements.

Si le mâle ne courtise pas ou plus la femelle, on peut le retirer et le réintroduire quelques jours plus tard. Si le mâle ne s’est jamais intéressé à la femelle, on peut introduire un autre mâle.

La température basse 20-22°C est maintenue pendant la durée des accouplements observés. On procède ensuite à une lente remontée de température sur une quinzaine de jours également pour revenir à une température normale.

On sépare les animaux une fois que vous êtes sûr que les accouplements ont cessé car plus vous observerez d’accouplements, plus vous mettrez les chances de votre côté.

Ovulation

Il faut recommencer à nourrir les mâles sans trop insister. Si les femelles cessent de s’alimenter, c’est bon signe.

Lors du développement des follicules, la femelle se met en position de côté, laissant apparaitre ses écailles ventrales. Si les follicules mûrs sont fécondés l’ovulation va se manifester sous forme d’un gonflement caractéristique de la seconde partie du corps de la femelle. L’ovulation ne dure que 24 à 48 heures.
Il ne faut pas manquer la date d’ovulation car elle sera un premier repère pour définir la date de mue de pré-ponte et celle de la ponte.

Ponte

Lors de cette mue, la femelle se videra de tous les excréments.

La ponte a lieu environ 40 jours après l’ovulation et 13 à 21 jours après la mue. Au-delà de ce délai il convient de consulter un vétérinaire pour vérifier que votre femelle ne fasse de rétention d’œufs.

Il faut offrir à la femelle une boite adaptée au gabarit de la femelle, percée sur le côté afin qu’elle y dépose ses œufs. Cette boite est disposée au fond du terrarium. Entre l’ovulation et la ponte, la femelle refusera catégoriquement de se nourrir. Une fois sa mue terminée la femelle cherche un endroit pour déposer ses œufs. Soit elle rentre dans la boîte, n’en ressort plus et dépose ses œufs (cas idéal) soit elle refuse d’y rester et il faudra alors l’y maintenir « de force » en obstruant la sortie.

Il faut ensuite prendre son courage à deux mains et affronter la mère….muni d’une solide paire de gants !! Il faut procéder en douceur afin de ne pas abimer les œufs. Voilà une vidéo qui montre une façon de procéder. Je ne dis pas que cette méthode est pour toutes les femelles, car avec certaines cela est beaucoup plus sport. Avec une femelle sportive, il faut la couvrir d’une serviette et lui attraper la tête, cette méthode fonctionne plutôt bien.

Il ne faut pas retourner les œufs sous peine de tuer les embryons si ces œufs ont été pondus il y a quelques heures. Dans la vidéo ci-dessus, vous pourrez voir comment on mire un œuf pour voir s’il est fécond.

Incubation

Il faut utiliser un incubateur si l’on désire mettre toutes les chances de son côté avec des hygromètres et thermomètres bien étalonnés. Sur le forum, plusieurs photos montrent comment mettre au point l’incubateur de façon à obtenir une température constante et une hygrométrie élevée. Il existe de nombreuses techniques différentes : déposer les œufs sur une grille, sur de la sphaigne, de la vermiculite, … Il faudra bien penser à disposer des tuteurs horizontaux pour que les petits, une fois sortis de l’œuf, puissent s’y lover. Il n’y a pas de solution miracle. Le jour J il faudra bien choisir une méthode.

La méthode la plus répandue est celle 1/5/1.
C'est à dire : 1 semaine à 30.5 degrés
5 semaines à 31.5 degrés
1 semaine à 29.5 degrés
Mais pour cette méthode il faudra thermostater sur l’œuf et là on pourra définir précisément le jour d’éclosion.

Une autre méthode employée est de thermostater la boite à œufs complète mais dans ce cas, on chauffera à 30,5° pendant tout le long de l’incubation. Cette méthode est recommandée pour les débutants.

Au sujet de l’incision, je pense qu’aux vues de la rareté des repro de Morelia Viridis, elle est nécessaire. L’éclosion ayant lieu à 48-50 jours d’incubation, celle–ci peut se faire au 47ème jour. Mieux vaut un poil plus tôt mais sans faire plus qu’inciser, plutôt que de passer à côté et de rater sa repro.
Pour la méthode d’exécution, vous prenez une paire de ciseaux à bouts pointus qui coupent TRES bien (genre ciseaux à ongles neuf petit modèle).Vous plantez la pointe de la lame du bas pour percer juste la coquille, puis vous relevez le bout pour rester au ras de la coquille et ensuite vous pouvez alors couper la coquille.
Le principe est d'inciser juste la coquille, en allant le moins profond possible en faisant une incision en V sur le dessus de l’oeuf.
Il faudra bien laisser les petits tranquille une fois l’incision faite pour qu’ils puissent absorber leur sac vitellin et éviter tout stress inutile, celui de l’éclosion étant suffisamment énorme pour eux.

Rack

Pour un maintien optimal des naissances, rien ne vaut le rack. Les maintenir à plusieurs ou en solo dans un terra serait à coup sûr courir à sa perte. Les petits sont bien trop stressés suite à l’éclosion et à leur changement de condition de vie.

* Il faudra trouver des boites plastiques de la taille d’une boite à chaussures ou moins long mais pas plus gros. Plus ce sera confins, mieux ce sera. Des trous seront nécessaires pour l’aération, une rangée haute d’un côté et une rangée basse à l’opposé. Surtout ne pas faire les rangées l’une en face de l’autre, cela créerait des courants d’air. Pour les supports horizontaux, vous pouvez utiliser des tourillons en bois ou des tuteurs en plastique d’un petit diamètre. Au sol, de l’essuie-tout sera impeccable car il faudra l’humidifier pour garder un fort taux d’humidité nécessaire au maintien des juvéniles (80-90%). Pour le point d’eau, un tout petit pot de confiture ira bien. Dans tout les cas, il faudra qu’ils ne soient pas trop grands pour éviter une noyade.

* Pour le chauffage, les tapis sont les plus pratiques : Ils sont certes plus chers mais ils sont très facilement mis en place, leur pose n’est pas définitive et leur chauffage est plus diffus. Les juvéniles n’ayant pas besoin de baisse de température, il sera inutile de prendre un thermostat jour/nuit. Par contre, inutile de dire d’en prendre un de bonne qualité. La sonde sera fixée sur un tapis chauffant et le réglage se fera à tâtons en faisant des relevés de température à l’intérieur des boites. Si vous disposez d’une boite vide alors vous pourrez mettre la sonde à l’intérieur, là où pourrait se trouver le juvénile. Vous règlerez cette température à 29°.

Voici un exemple du matériel nécessaire que j’ai pour faire un rack moyen (18 boites) :
* 18 boites de 19X19X11.
* 7m de tourillon de bois ou de tuteur plastique, nécessaire pour faire deux supports à hauteur différente dans chaque boite.
* 3 bandes chauffantes de 120X15.
* 1 thermostat pro pulse SANS jour/nuit.

Pour la partie bois, du mélaminé de 18mm :
* Dessous / Dessus / 2 étagères : 120X25
* Droite / Gauche : 67,2X25
Et une plaque de contre plaqué de 10mm
* Fond : 123,6X67,2

Démarrage

Le démarrage des juvéniles chez Morelia Viridis n’est pas aisé et le mot est faible. D’après diverses études, en PNG, les petits se nourriraient d’insectes, de lézards (geckos) et d’invertébrés (vers de terre), leur toute petite taille à la naissance et leur système digestif n’étant pas assez puissant pour digérer des rongeurs.

En captivité, à moins d’avoir son propre élevage de geckos, s’en procurer reviendrait excessivement onéreux. Toute fois, il reste les rongeurs, les rosés de souris plus précisément. Ce sont les seuls assez petit pour être manger correctement par du juvénile. Donc quelques semaines avant l’éclosion, pensez à faire quelques réserves de rosés.

Avant la première tentative de nourrissage, il faudra attendre que chaque petit ait fait sa première mue ce qui arrive une dizaine de jours après l’éclosion. Une fois la mue effectuée, on peut attaquer les choses sérieuses. Toute tentative devra être faite après l’extinction de l’éclairage, que les petits se mettent en chasse. Normalement vous devriez observer le « caudal luring », ie la bête fait remuer son petit bout de queue à proximité de sa gueule pour simuler un vers ou autre invertébré.

Pour la méthodologie, en fait plusieurs solutions s’offrent à nous :

* Méthode douce, proposer tout simplement le rosé devant la gueule du juvénile.

* Méthode forte, l'énerver, l'obliger à se dérouler, l'empêcher de fuir (retenue par le corps), le but est de réveiller une réponse agressive. Un claquement de mâchoires est déjà une avancée, une morsure sur la proie et c'est presque gagné. Une fois en mode agressif (non fuyant et non caché), il faut lui présenter devant le nez doucement, s'il n'attaque pas, une petite touche à gauche de la gueule, à droite, par dessus la tête en touchant le cou, en repassant par la position devant le nez. Et si tout se passe bien, l'attaque finit par se produire.

* Frotter ou enrouler un rosé dans une mue de lézard ou quelques plumes d’oiseaux et ensuite lui proposer telle la description faite ci-dessus.

* Ouvrir, avec un cutter ou un scalpel, la boite crânienne du rosé et le présenter devant la gueule du Morelia Viridis. Vous pouvez faire une tentative en méthode douce et si celle là ne fonctionne pas, tentez la méthode forte.

* Laisser un rosé toute la nuit sur le sol de la box qu’il soit vivant ou mort. Si votre sol est humide et que vous tentez avec du mort, surélevez le rosé pour éviter une putréfaction avancée.

Chaque méthode peut être combinée (la mue avec l’incision du crâne et si la méthode douce et la forte ne fonctionne pas, vous pouvez laisser le rosé sur le sol).

A chaque échec de tentative, laissez bien passer 3 à 5 jours après un nouvel essai pour éviter toute accumulation de stress. Il faudra bien sûr le laisser tranquille, quitte à le laisser dans le noir pendant ces jours d’attente. Et au calme, inutile mettre la musique ou la télé trop forte ou de fabriquer un rack ou un terra dans la pièce.

Sachez également qu’il ne sert à rien d’essayer de nourrir en période de mue (cela aggraverai les choses) mais que celle-ci peut être un facteur déclenchant, donc 2-3 jours plus tard, vous pouvez tenter à nouveau.

En TOUT dernier recours, ie avant un amaigrissement visible et une faiblesse physique, il faudra alors envisager le semi-gavage d’abord voir le gavage complet. Celui-ci sera effectué par une personne expérimentée. Si vous n’avez jamais fait cet acte, ne le tentez pas car c’est déjà bien assez traumatisant pour la bête alors autant que ce soit bien fait.
 
 
  source:

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site